Présentation / Overview

Vous êtes ici

Version imprimableEnvoyer par mailVersion PDF
Ecouter

Visuel du colloque Poluscol.

[see English version below]

L'INSHEA et son laboratoire de recherche le Grhapes, organisent en partenariat avec l'université Paris Nanterre et le laboratoire Clipsyd, le colloque international « polyhandicap et processus d’apprentissage ».

Sous le haut patronage de Sophie Cluzel, secrétaire d’État au Premier Ministre, chargée des personnes handicapées.

Lieu : Université Paris Nanterre - BÂTIMENT ZAZZO : Amphithéâtre C2 et salles c106; c202; c204 et c305 pour les ateliers

Argumentaire du colloque international « polyhandicap et processus d’apprentissage »

De nombreux travaux s’accordent aujourd’hui sur la nécessité d’intégrer la dimension des apprentissages dans le projet individualisé des enfants ou des adolescents en situation de polyhandicap ou de « profound intellectual and multiple disabilities » (PIMD). Pour autant la modélisation de l’accès aux apprentissages, pour ce public, commence seulement à être discutée. D’une part, elle interroge fortement tout le système de représentation du polyhandicap, dans le sens où elle oblige à se poser la question de la cognition, des apprentissages, de la pédagogie et des lieux d’apprentissage, école comprise. D’autre part, elle incite à rechercher et à expérimenter des démarches. Qu’entend-on par polyhandicap ? Qu’est-ce qu’apprendre pour un jeune en situation de polyhandicap ? Quels sont les processus socio-émotionnels et sociocognitifs qui sont alors mobilisés ? Qu’est-ce qu’être un élève polyhandicapé ? Comment apprendre ? Comment aider à apprendre ? Quels sont les environnements relationnels et institutionnels propices ? Nous serons ainsi amenés à questionner la place et les rapports qu’entretiennent les théories avec les stratégies et les pratiques qui soutiennent le sujet apprenant, avec ou malgré les limites du polyhandicap. Nous envisagerons la dimension d’apprentissage dans une perspective dynamique, tout au long de la vie, et dans les différents espaces sociaux potentiellement impliqués dans ces processus, espace familial compris. Nous chercherons enfin à conceptualiser les aides permettant au jeune polyhandicapé de repousser encore les limites de son horizon contraint.


Les objectifs de ce colloque sont de :

  • Présenter la recherche Polyscol, ses résultats et les perspectives qui s’en dégagent du point de vue de la recherche et des pratiques (pédagogiques, éducatives, institutionnelles…)

  • Recenser les connaissances actuelles sur le plan scientifique dans le domaine des apprentissages avec les personnes polyhandicapées, tout au long de la vie.

  • Montrer comment favoriser les apprentissages chez les personnes polyhandicapées, en mettant notamment l’accent sur l’accessibilité pédagogique et la prise en compte de différents points de vue épistémologiques.

  • Favoriser les rencontres et les échanges entre professionnels, parents et chercheurs afin de mutualiser les compétences dans ce domaine, et soutenir les pratiques innovantes.


Ce colloque s’adresse à tous ceux - chercheurs, étudiants, enseignants, éducateurs, rééducateurs, professionnels de l’éducation et de l’accompagnement, parents ou aidants, responsables d’établissements et services médico-sociaux, d’associations ou d’administrations publiques - qui s’intéressent aux recherches sur les apprentissages avec des personnes polyhandicapées.


Les communications orales ou affichées pourront aussi bien prendre la forme de contributions scientifiques (psychologie, neurosciences, informatique, sciences de l'éducation, sociologie, anthropologie, philosophie...) que de témoignages réflexifs sur des pratiques éducatives, culturelles et pédagogiques.

 


Argument

There is currently consensus on the need to integrate the learning dimension into the individual projects of children or teenagers afflicted by “polyhandicap” (French) or “profound intellectual and multiple disabilities” (PIMD). And yet modelling access to learning, for people with PIMD, is only just beginning to be discussed. On the one hand, it strongly questions the whole system of representation of PIMD, in the sense that it compels people to ask questions about cognition, learning, teaching and places of learning, including school. On the other hand, it encourages research and experimentation with new approaches. What do we mean by PIMD? What does learning mean to a young person with PIMD? What socio-emotional and socio-cognitive processes are mobilised? What is it like to be a student with PIMD? How do people learn? How can we help them to learn? What are the most favourable relational and institutional environments? We will then move on to question the place of and relationship between the theories, strategies and practices assisting the learning subject, with or in spite of the limitations of PIMD. We will consider the learning dimension from a dynamic and life-long perspective and within the various social environments potentially involved in those processes, including the family environment. Finally, we will try to conceptualise the types of help that a young person with PIMD may receive in order to push the boundaries of his/her limited environment even further.


The objectives of the conference "PIMD and learning processes" are:

  • To present the POLYSCOL research, its results and the resulting perceptions from the point of view of research and practices (pedagogical, educational, institutional…)

  • To categorise scientific knowledge in the field of learning for people with PIMD, throughout life.

  • To demonstrate how to encourage learning for people with PIMD, specifically by highlighting accessibility to teaching and the inclusion of various epistemological points of view.

  • To encourage meeting and exchanges between professionals, parents and researchers in order to pool skills in this field and support innovative practices.


This conference is aimed at everyone - researchers, students, teachers, educators, re-educators, education and support professionals, parents or helpers, managers of medical-social establishments and services, public administrations or associations – who are involved in research into learning for people with PIMD.


Verbal communications or posters may equally take the form of scientific contributions (psychology, neurosciences, IT, education sciences, sociology, anthropology, philosophy...) or reflective thoughts about educational, cultural and pedagogical practices.